Publié par

Montée des températures et corrosion impact sur la sécurité sanitaire des eaux

Techliquid anti calcaire/tartre vous informe

pour votre santé réacteur adoucisseur anti calcaire sans sel techliquid


Le climat et les montées en température ont un impact important sur la sécurité sanitaire des  eaux destinées à la consommation humaine et tous les réseaux  collectif qui  transportent cette eau sont menacés  par les corrosions de toutes sortes.


 Fin du XIXè siècle,
des textes ministériels évoquent le régime des eaux et la salubrité publique
et voient la mise en place de l’analyse microbiologique
(circulaire ministérielle du 10 décembre 1890) suivi de la loi d’hygiène publique
de 1902 qui établit une liste de maladies infectieuses transmissibles par l’eau.
La mauvaise qualité bactériologique de l’eau était souvent à l’origine
de maladies infectieuses

L’évaluation du risque microbien progresse depuis…

Code de la santé publique
” Toute personne qui offre au public de l’eau en vue de l’alimentation humaine
à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelque forme que ce soit est tenue
de s’assurer que cette eau est propre à la consommation. ”


réseau de distribution d’eau potable


De l’eau et des canalisations naissent un certain nombre d’interactions
physicochimiques et biologiques.
L’eau du robinet au cours de son périple peut avoir une qualité très différente
de celle d’origine (production). L’eau traitée produite dans les stations de traitement
d’eau potable transportée par le réseau jusqu’aux robinets n’est pas stérile.

L’usine de production d’eau potable doit éliminer par la désinfection la plus grande
partie des germes pathogènes présents dans l’eau première. Le chlore est utilisé
en tant que désinfectant pour éliminer les germes pathogènes et assurer la sécurité
sanitaire du transport de l’eau dans les canalisations.
La norme française chlore est de 0,1 mg/l en sortie de robinet


il est à noter qu’une eau alcaline  réduit l’efficacité de la désinfection au chlore.


Désinfection des eaux, ne veut pas dire stérilisation lors du transport par le réseau
ces bactéries peuvent se réaparaitre avec le temps, la température, les nutriments et les concrétions calcaire ( le logement idéal pour la prolifération des bactéries).

La biomasse se fixe sur les parois des canalisations, elle constituera un premier support
pour le développement de couches supérieures actives qui dans des conditions ambiantes
satisfaisantes (température), favorise le développement d’un biofilm
(micro-organismes agglomérés sur une surface)
Le biofilm qui se met en place sur les parois sera constitué d’un véritable écosystème
complexe métabolique où s’installe une chaîne alimentaire. Les bactéries s’y développent
en absence d’oxygène formant des associations complexes avec des bactéries aérobies
et conduisent à des perforations des canalisation nuisible à la qualité de l’eau.
Dans les réseaux mal entretenus les bactéries pathogènes opportunistes sont souvent
plus résistantes au chlore


La température des eaux peut varier de plusieurs degrés
pendant son transport en réseau. 4 à 5°C d’une extrémité
à l’autre du réseau.

Les températures saisonnières
peuvent également affecter les eaux

Une température élevée favorise odeurs
et goûts désagréables.


elle accélère la plupart des réactions physico-chimiques
et biologiques dans le réseau, influence la croissance bactérienne
et accélère la corrosion.

L’activité bactérienne s’accroît nettement lorsque la température dépasse 15°C.

L’élimination des micro-organismes constitue un objectif essentiel d’une chaîne
de traitement d’eau potable. Lorsque des analyses démontrent la présence de germes
pathogènes, les responsables sont tenus d’informer la population et d’engager
une action rapide de rinçage et de désinfection totale des canalisations.

Obligation de surveillance
la personne publique ou privée est tenue de surveiller en permanence
la qualité des eaux destinées à la consommation humaine
en fonction des risques que peuvent présenter les installations


la prévention passe par un bon entretien des réseaux d’eau et d’une bonne
gestion des systèmes de distribution d’eau chaude sanitaire.


Les installations de distribution d’eau doivent être conçues,réalisées
et entretenues de manière à empêcher l’introduction ou l’accumulation
de micro-organismes, de parasites ou de substance constituant un danger
potentiel pour la santé des personnes ou susceptibles d’être à l’origine
d’une dégradation de la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine
distribuée notamment dans les réseaux collectif.

La conservation de la qualité de l’eau est facilitée par une réduction du temps
de séjour dans le réseau l’écoulement de l’eau limite la croissance bactérienne
par un effet d’arrachage du biofilm

Le temps de séjour moyen dans le réseau peut être de l’ordre de quelques heures
mais certains volumes d’eau peuvent stagner plusieurs jours dans des zones du réseau
où l’écoulement est faible en périodes de vacances par exemple.
Dès que la vitesse de l’eau est fortement ralentie des problèmes de stagnation
dynamise le développement de micro-organismes (favoriser par la concrétion
des eaux calcaires), et l’apparition de corrosion.


La corrosion
par développement de micro-organismes
ne peut intervenir qu’en cas de stagnation
prolongée de l’eau dans le réseau.


L’action de certaines bactéries peut provoquer
de terribles corrosions


Les interactions entre l’eau et les matériaux du réseau de distribution peuvent
être à l’origine de dégradation de la qualité de l’eau distribuée.

Le taux de substances rejeté par les canalisations corrodées peuvent croître
rapidement et parfois dépasser les limites de concentration tolérées
par les autorités de régulation.
Néanmoins, même si ce taux ne dépasse pas les limites légales, il est probable
que les substances rejetées affectent l’odeur, le goût, ou l’aspect visuel de l’eau

La diffusion des micro-polluants métalliques dans l’eau est dû
à des réactions électrochimiques de corrosion, dont le cuivre (eaux à pH bas),
le plomb (eaux sans calcaire) .

le pH et la minéralisation de l’eau sont importants pour le contrôle de la corrosion
et des pollutions qui en découlent. L’agressivité de l’eau peut varier le long
de la distribution du fait d’une évolution de la concentration de CO2 dissout.

une eau chargée en CO2 (avec un pH bas) a tendance à attaquer les
matériaux qu’elle côtoie corrosion des métaux ou dissolution de ciments
et de métaux toxiques dont le plomb.



le plomb peut se dissoudre dans l’eau potable accumulée dans les canalisations
en fonction du pH et de la température de l’eau transportée
La température une fois de plus est un des facteurs les plus importants
dans la dissolution des éléments

pour exemple le plomb est deux fois plus soluble
entre 12° C et 25° C avec des répercussions importantes sur la santé.

Il n’existe pas de seuil sous lequel l’exposition au plomb serait sans danger.
Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables, en affectant
le développement du cerveau et du système nerveux. Le plomb a également des effets
à long terme sur l’adulte, en augmentant le risque d’hypertension artérielle
et de lésions rénales.
L’exposition de la femme enceinte au plomb peut entraîner des fausses couches,
des décès prématurés, un faible poids de naissance ainsi que des malformations.

20% des branchements existants en France sont en plomb


Un élément métallique, immergé soumis à une oxygénation plus importante va réagir
et se corroder.
Le respect des critères imposés par les normes et les bureaux d’étude
est essentiel pour la pérennité de l’installation.


L’action de la température et sont augmentation accélère la prolifération des bactéries,
même si le risque 0 n’existe pas il est indispensable d’entretenir et de protéger votre réseaux d’eau collectif du calcaire.


+ Techliquid anti calcaire accueil